Echos du Festspielhaus de Bayreuth 2018 : Lohengrin

En cette année 2018, trois de nos adhérents, Christian et Liliane Lalaurie, adhérents depuis la création du Cercle, il y a 25 ans, et Flavio Bandin, l’un des administrateurs de notre Cercle, se sont rendus à Bayreuth et nous font part de leur impression sur deux des opéras donnés cette année au Festival de Bayreuth.

Voici celle de Christian Lalaurie pour Lohengrin

Lohengrin – 6 août 2018

T’as voulu voir Alagna,

Et on a vu Beczala (c’est mieux !!! ??? !!!)

T’as voulu voir Chéreau,

Et on a vu Sharon (pas Ariel, mais Yuval)

T’as voulu voir Netrebko,

Et on est venu trop tôt…

 

Ne voulant pas écouter le chant des sirènes démolissant cette nouvelle production, certains ne l’ayant pas vue, rien de tel que d’aller voir et écouter de plus près. Merci à notre Cercle.

Après un voyage automobile « chaleureux », nous avons traversé le Rhin, non sans avoir oublié de jeter une petite pièce d’Or aux Ondines. Nous en avons été remerciés par un Lohengrin intéressant.

Prélude : Rideau fermé, pas de remplissage scénique, donc pas de brame du public.       Que l’Abîme Mystique en soit remercié.

Acte I : Bleu

Nous sommes dans un monde bleu. Ce n’est pas du bleu Bob Wilson, ni du bleu Klein. Ni du Wieland. C’est une ambiance froide, orageuse, dans un monde en panne d’énergie, qui attend quelque chose.

Le Pouvoir, c’est l’énergie et le contrôle des données.

Il y a une ambiance de peinture flamande, avec des gens habillés à l’ancienne, avec des fraises défraichies. Chéreau avait bien adapté « L’ile des Morts » de Böklin. En voyant sur scène un transformateur avec paratonnerre, isolateurs, fils électriques, on s’attend à de la musique de Kraftwerk, mais on entend du Richard Wagner. Le Peuple et la Noblesse attendent une « étincelle », une nouvelle «énergie », un gouvernement, un ennemi commun, un Homme providentiel. N’a pas Jeanne d’Arc qui veut. La foudre ne viendra pas de Wotan, ni de Montsalvat.

Elsa arrive attachée. On n’en est pas encore à la présomption d’innocence. On lui prépare son bûcher avec de fagots de bois (car la chaise électrique est en panne). Ceux qui ont le pouvoir ont des ailes d’éphémères, comme le pouvoir qu’ils détiennent. Lohengrin arrive avec un Cygne stylisé par un vaisseau spatial avant-gardiste,et un éclair à la main, annonçant l’énergie nouvelle qu’il peut apporter.   Pourquoi pas ? certains ont vu le Diable ou des Ovnis.

 

 

 

 

 

 

 

L’affrontement Lohengrin Telramund se fait dans les airs, comme des insectes. Telramund perd son duel, et une de ses ailes, donc son pouvoir et son honneur. Cette aile est épinglée au mur des lamentations, comme un insecte rare. Lohengrin triomphe. On lui offre ses ailes de la victoire. Le Peuple et la Noblesse se réjouissent de cette énergie retrouvée, et piaffent d’impatience : « du pain et des jeux », guerriers.

 

 

 Acte 2 : Bleu orageux

Mystère, magie, nuages menaçants. L’ancien monde d’Ortrud est bien rendu. La Fée Electricité se fait attendre. Apparaissent Elsa dans son donjon électrique, Ortrud et des mouvements dans la forêt. Telramund est lié et ficelé par Ortrud et par leurs codes anciens. Le metteur en scène semble aimer le « bondage » sado maso…         Le complot, le doute, l’enthousiasme retrouvé, sont bien portés par la Musique.

La scène se termine par une sorte de transe, comme si le Roi et les Autres avaient mis « les doigts dans la prise ».

Acte 3 : Orange, puis Bleu, puis arrivée du petit homme Vert

La chambre nuptiale dans ce transformateur, est éclatante de lumière orange. Comme «on nous doit plus que la lumière», malgré l’absence de Freia, il y a de la phéromone dans l’air… Mais Elsa, maraboutée par Ortrud, ou par ses hormones de « Fragende Frau » en vient à La Question.

Elle est attachée par Lohengrin avec du câble orange (rime avec bondage…) Ach ! Yuval ! il va falloir en parler …

Le changement d’ambiance est animé par des jeunes enfants qui, essayant d’écouter à la porte de la chambre, tournent le décor du côté orange au côté bleu. Telramund est terrassé par les électrons. Sa deuxième aile est épinglée. Il a maintenant perdu honneur et vie. Ortud est toujours tonique. On lui prépare son bûcher, au cas où. Sur le départ, Lohengrin remet à Elsa une glacière orange contenant un cor, une épée et un anneau. Elle le garde au frais pour une future Tétralogie. Le Peuple et les Autres ont des lampions en forme de lucioles qui s’étiolent, et d’éphémères qui s’éteignent. Tout est « éphémère ».

Pauvres Rois Wagnériens, Heinrich ou Marke, à qui on refuse toujours les réponses !

Soudain, une apparition, qui arrache des sourires au public, d’un « petit homme vert » tenant une patte de Cygne aussi verte que lui. Il n’y a pas plus de « Cetelem » que de beurre au balcon d’Areva ! Surtout pas d’énergie verte.

Il n’y a pas de martiens verts…

Peut-être que ce Petit Prince Gottfried a infusé quelques années dans les algues de l’Escaut.

Personnellement, j’y vois le petit « Ampelman » vert des passages piétons de Berlin Est, autorisant les gens à passer de l’autre côté… de la rue Montsalvat… ou d’ailleurs…

 

La mise en scène n’a pas déclenché de réaction hostile.

Applaudissements fournis pour les Chanteurs, les Chœurs, et l’Orchestre « électrisé » par Christian Thielemann, pour Waltraut Meier, faisant ses adieux à Ortrud, pour le Roi, Georg Zeppenfeld, passant avec facilité des Rats de Neuenfels aux Lucioles de Sharon, à nous de solliciter en conférence le Professeur Henri Laborit, pour Thomas Konieczny, excellent dans le rôle du méchant homme dominé (on imagine Ortrud lui dire, comme Fricka, « va dire à Elsa ce que tu as décidé »…). Anja Harteros est une Elsa bien en phase (alternative ou continue…).

ELSA ! NE POSE PAS DE QUESTION ! TU N’AURAS PAS DE MENSONGE !

Christian Lalaurie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *