Conférence du mois de février

                        Le 11 février 2017 à 14 h 30 , à l’Hôtel d’Assézat, nous accueillerons Monsieur Jean Jacques Cubaynes, qui viendra donner une conférence très musicale puisqu’il vous passionnera avec :

« LA VOIX ET LES VOIX WAGNERIENNES »

Jean Jacques Cubaynes est né à Toulouse où il a fait des études universitaires et musicales. Il se perfectionnera à l’Ecole Supérieure d’Art Lyrique. Soliste  basse au Théâtre du Capitole il se produira ensuite sur la plupart des scènes françaises.

En 1987 il débute à l’Opéra de Paris, travaille à l’étranger sous la direction des plus grands chefs d’orchestre.

Depuis 1994 il est directeur artistique du Festival Déodat de Séverac et des Journées de Rencontre autour de la mélodie française.

Nous vous rappelons que les portes accédant au Salon Blanc seront impérativement et dorénavant, fermées à 14h30. Des adhérents se sont trouvés plusieurs fois devant la porte close, du fait de leur retard trop important.  Nous en sommes désolés mais nous sommes tenus de fermer l’accès pour des raisons de sécurité et nous devons débuter la conférence à 14h 30 précises pour ne pas faire patienter le conférencier trop longtemps. Nous vous remercions de venir à l’heure.

Wagnerwelt, février

Le 18 janvier, l’Opéra-Bastille a célébré le retour triomphal de               JONAS KAUFMANN dans un Lohengrin d’anthologie.

Nous vous en reparlerons le mois prochain avec la critique des adhérents toulousains qui iront l’écouter le 30 janvier.

 

Le baryton basse allemand GERD GROCHOWSKI est mort le 16 janvier à l’âge de 61 ans au lendemain d’une représentation de la Walkyrie à Wiesbaden ou il était largement applaudi pour son interprétation de Wotan. Il tenait le rôle de Klingsor dans Parsifal lors du dernier festival de Bayreuth et devait le rechanter en 2017.

ANDREAS SCHAEGER, Helden-tenor chantera à Dresde le rôle de Siegfried pour la première   fois en collaboration avec Christian Thielmann en  2018. Il aura chanté au préalable,  entre autre, Parsifal au festival de Bayreuth  en 2017.

 

Humour                                                                                                                                              Extraits de la revue, la Vie Parisienne, Paris 15 janvier 1911.

« Siegfried Wagner qui, à la gloire mondiale de son père, a ajouté une estimable renommée personnelle, ne juge pas que son nom soit assez ronflant. Il le juge commun. Il trouve qu’il y manque je ne sais quoi qui en relève la sonorité. Bref le fils de Richard et Cosima a demandé à l’empereur d’Allemagne d’ajouter un « de » à son nom.

Guillaume II qui a de l’esprit a accueilli la requête de son illustre solliciteur avec un sourire ironique : « ma foi, dit-il, vous avez peut-être raison, j’aime mieux Siegfried, de Wagner, que Siegfried Wagner ».

 

L’ELBPHILHARMONIE d’Hambourg a été inaugurée le 12 janvier 2017. Splendide vaisseau musical, concert d’inauguration prestigieux au cours duquel on a pu entendre le prélude de Parsifal sous la direction de Thomas Hengelbrock avec l’Orchestre Philharmonique de l’Elbe.

Parution de DVD très intéressants:

Das Liebesverbot , production Teatro Real, direction d’orchestre Ivor Bolton, metteur en scène Kasper Holten avec Manuela Uhl, Christopher Maltman, Peter Lodahl etc..

Die Meistersinger von Nürnberg : direction d’orchestre Daniele Gatti, mise en scène Stefan Herreim, avec Monika Bohinec, Anna Gabler, Roberto Sacca, Michael Volle, Gerog Zeppenfeld etc…

Tristan und Isolde, production Bayreuther Festspiele, direction d’orchestre Christian Thielmann, mise en scène Katharina Wagner, avec Stephen Gould et Evelyn Herlitzius

Parsifal, Met, direction d’orchestre Daniele Gatti, mise en scène François Girard avec Jonas Kaufmann, René Pape, Katarina Dalayman

Superbe PARSIFAL à AMSTERDAM le 6 décembre 2016

Le 6 décembre, cinq membres du Cercle ont assisté à la première de Parsifal à l’Opéra d’Amsterdam.

ad-crwt-1 ad-crwt-4

Cette nouvelle production mise en scène par Pierre Audi, le directeur de l’Opéra d’Amsterdam, est d’une grande beauté plastique. On retiendra notamment le final du premier acte où le Graal est remplacé par un voile blanc qui se recouvre au fil des minutes de taches de sang, le deuxième acte sous un globe argenté où se reflètent les interprètes et le ballet des filles fleurs, ou le cercle bleu qui occupe la scène durant tout le troisième acte. La régie, quant à elle, est originale et la fin peut paraître déroutante, la communauté du Graal étant décrite comme une secte à laquelle Parsifal, mené par Gurnemanz, est chargé de mettre fin.  Au final, ne restent sur scène que Gurnemanz et Parsifal qui reprend seul sa route. On peut bien entendu ne pas adhérer à cette conception qui gomme le caractère « sacré » de l’œuvre mais dont la mise en œuvre est de bout en bout cohérente.

parsifal-amsterdam-2016

La distribution très homogène est dominée par le formidable Gurnemanz de Günther Groissböck à la stature imposante et une voix qui ne l’est pas moins. A ses côtés, Christopher Ventris ( Parsifal) et Petra Lang ( Kundry) superbes vocalement, défendent leur rôle avec conviction. Les autres interprètes sont d’un excellent niveau ainsi que les Chœurs de l’Opéra national renforcé par le chœur d’enfants d’Amsterdam.

L’Orchestre Philharmonique des Pays Bas, enfin, sous la direction (très lente) de Marc Albrecht est absolument fantastique avec des sonorités cuivrées et un moelleux mis en valeur par l’excellente acoustique de la salle.

                                                                  Cristiane Blémont

 

conférence du mois de janvier

Nous vous retrouvons samedi 14 janvier 2017 à 14 h 30 à l’Hôtel d’Assézat pour écouter la conférence de Monsieur Jean Jacques VELLY :

« L’ACOUSTIQUE DE BAYREUTH »

« Depuis plus de cent ans, le Festspielhaus ne cesse d’intriguer et de soulever des questions. Voulu par Wagner, construit selon ses indications, modifié après l’expérience du premier festival en 1876, ce théâtre révolutionnaire pour l’époque est-il véritablement le lieu idéal pour l’exécution des opéras wagnériens? »

festspielhaus_bayreuth

Monsieur Jean Jacques VELLY est maître de conférences à l’Université Paris Sorbonne et  fait partie d’un groupe de Recherche sur les Institutions Musicales, l’Orchestre, l’Instrumentation, le Répertoire orchestral en Europe. Il est  également l’auteur de nombreuses publications et d’ouvrages.

jj-velly

Après sa conférence sur “l’ Héritage wagnérien et l’indépendance artistique chez Richard Strauss”, il y a deux ans, puis sa passionnante conférence, l’an passé, sur “l’Orchestre au service de la dramaturgie dans la Walkyrie” , c’est avec plaisir que nous l’accueillerons de nouveau.