Archives de catégorie : Chroniques

Réflexion à propos des Maitres Chanteurs de Nuremberg-Bayreuth 2017

A propos des Maitres Chanteurs de Nuremberg au festival de Bayreuth 2017

Une nouvelle production des Maîtres Chanteurs a vu le jour au festival de Bayreuth de 2017, avec une mise en scène de Barrie Kosky dont le trait majeur était une constante allusion à l’antisémitisme de Wagner, et qui a récolté un franc succès de salle. A la suite de la lecture du Blog du Wanderer j’ai voulu exprimer ma sidération à la lecture d’une telle critique. J’y ai vu, avant tout, le fait de cautionner une grande vulgarité reflétant un trait inconscient et majeur de l’époque. Vous trouverez les deux textes ci-joints, la critique du Wanderer et la lecture que j’en fais. J’attends surtout que l’on me démontre en quoi je n’ai pas raison de m’indigner, en quoi consiste la légitimité de la démarche de Kosky.

Michel Olivié Continuer la lecture de Réflexion à propos des Maitres Chanteurs de Nuremberg-Bayreuth 2017

Ferveur

 

Je n’aurais pas néanmoins l’idée d’une substance infinie, moi qui suis un être fini, si elle n’avait été mise en moi par quelque substance qui fût véritablement infinie .   Descartes

 

Au début du mois de septembre 1974, John Coast, l’agent artistique de Jon Vickers attendait la confirmation du Royal Opera House (Covent Garden) concernant la prévision d’un Tannhäuser pour le chanteur. L’opéra avait établi un contrat en janvier 1975 avec  Zubin Mehta dans cette perspective. En décembre 1974, le Royal Opéra House faisait parvenir à Coast les dates de répétition, prévues à partir du 7 février 1977. John Tooley l’administrateur  général du ROH, fut  alarmé d’apprendre que Jon Vickers,  de son côté, avait passé un  contrat pour huit représentation de Tannhäuser ainsi que cinq Peter Grimes au Metropolitan de New York pour la saison 1977-78, pour un cachet de cinq mille dollars par représentation.

Jon  Vickers et Roberta Knie – Walkyrie- San Francisco 1976

Continuer la lecture de Ferveur

Uranus et la Terre

Irène Theorin est née en Suède à Gislaved. Bien qu’ayant toujours aimé la musique, elle a commencé tard sa carrière, après son troisième enfant. Très tôt elle a été mère : « je suis devenue une mère presque comme une adolescente».

Elle a exercé bien d’autres activités avant de se consacrer au chant. Ce n’est qu’à la chorale de l’université qu’elle a pris conscience de ses possibilités vocales. Elle rejoignit alors l’Opéra Studio de Copenhague. Elle ne le quittera qu’en 2014, y ayant acquis une solide formation vocale. Ses premiers rôles au sein de cette compagnie furent Freia, Donna Anna, Pamina, une des dames de La flûte enchantée. En parallèle elle fut l’élève de Geoffrey Parsons, avec lequel elle travailla longtemps le Lied.

Irene Theorin entourée par quatre membres du Cercle Richard Wagner de Toulouse à Barcelone :                           de gauche  à droite  Anne-Elizabeth Agrech, Annie Lasbistes, Cristiane Blemont et Anne-Marie Boubenes

Continuer la lecture de Uranus et la Terre

Un bel anniversaire,

9-10-11 février 2018

Lorsqu’il y a plus d’un an, le bureau du Cercle Richard Wagner de Toulouse, emmené par sa présidente Annie Lasbistes, décida de célébrer (avec un mois d’avance !) les 25 ans de la création de l’association à l’occasion des représentations de la Walkyrie au Théâtre du Capitole de Toulouse, en février, le pari était osé, surtout en programmant une visite pédestre de lieux emblématiques toulousains de près de deux heures dans les petites rues de Toulouse et une escapade dans la Montagne Noire. Mais le Ciel a été clément pour les nombreux wagnériens qui ont bravé le froid et les tempêtes de neige à Paris, en Saxe, en Bavière, à Vienne ou en Suisse : les trois journées consacrées à célébrer cet anniversaire, ont été couronnées de succès.

Toulouse sous la neige le 8 février 2018

photos  C. Sabatier – Office de tourisme de Toulouse

Continuer la lecture de Un bel anniversaire,

Antihéros

Les premières notes de violon du sublime prélude de Lohengrin s’élèvent, sur un écran, un rat rose dessiné et animé apparaît, puis d’autres, blancs, et encore d’autres, puis une rate blanche qui poursuit le premier rat. Nous sommes dans un dessin animé, mais ces rats rappellent la bande dessinée Maus, Un survivant raconte d’Art Spiegelman, récit de la détention à Auschwitz du père de l’auteur et bande dessinée dans laquelle les juifs détenus dans le camp sont des souris et les nazis des chats. Un peu avant le tutti de l’ouverture la scène s’ouvre sur une immense salle glaçante, aseptisée, noire et blanche, au fond de laquelle Klaus Florian Vogt pantalon noir chemise blanche pousse avec peine un grand panneau blanc. A l’apparition du thème de la séparation une porte s’ouvre enfin, dans le panneau, et Vogt la franchit. Continuer la lecture de Antihéros

La solitude de Sieglinde

La correspondance entre ce que la réalité nous présente et ce que notre imagination voudrait, atteste de notre propension à un idéal éthique et esthétique. C’est une fonction principale de l’art que de métamorphoser la laideur du réel en émerveillement. Traverser l’existence avec ces ponts constants entre l’expérience du réel et l’activité de l’imaginaire ou bien l’inverse, est comme une vocation, et rend disponible à l’appel que les choses nous adressent. Aussi, la photographie du visage de Léonie Rysanek qui illustre la page française de Wikipédia nous transporte irrésistiblement à l’évocation de Sieglinde. Le regard est extraordinaire. Une limpidité divine est immédiatement frappante, toute la pureté d’une âme affleure, l’attestation de toute la justification à exister soi est hautement affirmée. De l’ensemble de l’expression émane une extraordinaire intelligence, à la fois concentration de l’esprit, énergie indomptable, légère tristesse aussi, et presque un éclat de rire prêt à jaillir à la face du monde. Le visage réel de Léonie Rysanek, arrêté à tout jamais dans son éternelle jeunesse, comme un visage glorieux et ressuscité, concrétise l’idéal de notre imaginaire lorsqu’il se porte sur l’image de Sieglinde. Continuer la lecture de La solitude de Sieglinde

‘’Er geh seines Wegs’’

 

  Dans sa présentation du Voyage d’hiver interprété par Hans Hotter, André Tubeuf dit ceci : «Et dans les Winterreise  on préférait oublier la neige, l’absolue solitude, les paysages sans repères, une fois passé le dernier panneau indicateur. On oubliait que ce cycle désolé, et presque sans couleurs, ne mène nulle part  –  pas même à la mort. Rien ne console. Rien non plus qui délivre (…) A un tel Schubert, prophète d’un Exode sans mot il fallait un chantre aux dimensions de ces espaces vides, grand comme le monde et humble comme le monde, une sorte de dieu dépossédé qui voyage, qui ne se plaint pas et ne console pas. (…) Celui que Schubert appelait, c’est un Heldenbariton, voix héroïque, formée par Wagner à une vision cosmique, sorte de Prométhée condamné, au lieu de son rocher et de ses défis, au long voyage blanc et taciturne, et sans écho. Hans Hotter vint. Pour tout le quart de siècle il a été Wotan, l’incarnation même du dieu voyageur, dans sa majesté douloureuse. Mais tout ce même temps il a voulu être aussi le Voyageur d’Hiver de Schubert. » Continuer la lecture de ‘’Er geh seines Wegs’’

Hommage à Edouard Sans.

Notre cercle vient de perdre un membre particulièrement éminent en la personne d’Édouard Sans, décédé le 22 avril 2017.

La petite église de Prat Communal était trop petite, le 26 avril, pour accueillir tous ceux qui aux côtés de son épouse et ses deux filles, avaient tenu à lui rendre un dernier hommage, recueillis autour de son cercueil recouvert du drapeau tricolore, témoin de son engagement et de son amour pour la France. C’est face à une assemblée émue que sa fille lut le texte qu’il avait lui-même rédigé, quelques années plus tôt, dans la perspective de sa messe de funérailles, texte dans lequel il exprimait sa foi profonde en Dieu.

Edouard Sans repose désormais en paix dans le petit cimetière jouxtant cette église, au cœur de son hameau natal, à l’ombre des Pyrénées ariégeoises. Né en 1934 dans cette vallée sauvage, de parents fermiers, le voici rendu à sa terre dont la rudesse avait participé à forger son caractère courageux, vaillant et solide, lui donnant le sens du juste et du vrai, valeurs qui ne s’apprennent pas dans les livres mais au contact de la vie et de ses exigences.

Transcendant ses racines rurales, il devait devenir un intellectuel brillant, aspirant à toutes formes de savoirs. Son cheminement intellectuel dès son enfance a fait de lui un pur exemple de la méritocratie républicaine, au temps où, sous la férule d’instituteurs totalement investis dans leur mission, il était accordé aux enfants de nos villages, pour peu qu’ils en aient reçu de la nature le don, de s’élever par le travail au plus haut niveau des connaissances et aux plus brillantes fonctions. Admis au Concours des Bourses en 1945, il avait effectué ses études secondaires au lycée de Foix, avant de rejoindre Pierre de Fermat à Toulouse, pour y étudier  deux années durant les Lettres Supérieures. De là, il avait intégré la classe de Première Supérieure du lycée Louis-le-Grand à Paris, puis l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Agrégé d’allemand, il enseigna tout d’abord au lycée de Metz, puis à celui de Pau, étape préalable à sa nomination comme assistant à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rennes. Il allait s’orienter ensuite vers une carrière administrative aux implications multiples. Il fut successivement Inspecteur d’Académie à Rodez, puis à Auch. Titulaire d’un Doctorat d’État, il exerça aussitôt après, six ans durant, les fonctions de Directeur de l’Enseignement Français en Allemagne, avant de revenir dans sa région natale comme inspecteur d’académie à Carcassonne puis inspecteur pédagogique régional à Toulouse de 1982 jusqu’à sa retraite en 1994.

Les événements politiques, plus particulièrement la guerre d’Algérie, l’avaient amené au début de sa carrière à s’investir dans un domaine bien différent de ses préoccupations littéraires et universitaires. Il remplit ses obligations militaires avec la vaillance et le sens du devoir qui lui étaient propres, depuis sa formation à l’Ecole de Cavalerie de Saumur jusqu’à ses deux années de service en Algérie comme lieutenant. Il quitterait le service avec le grade de Capitaine de réserve. Ses mérites, tant dans le domaine universitaire que militaire, lui ont valu de recevoir la Croix de la Valeur Militaire avec étoile de bronze, la Croix de Combattant, puis, au fil d’une carrière vouée à l’enseignement, d’être promu au grade d’Officier des Palmes Académiques et de l’Ordre National du Mérite et, consécration ultime, d’être nommé Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur.

Nous ne citerons pas ici ses nombreuses publications au service de la recherche pédagogique, littéraire et philosophique. Notre Cercle retient tout particulièrement sa thèse de doctorat publiée en 1969, Richard Wagner et la pensée Schopenhauerienne, ouvrage magistral faisant autorité dans le domaine des études wagnériennes. Il a été réédité en 1999 par les Editions Universitaires du Sud. Cette thèse témoigne chez son auteur d’une triple vocation, celle de germaniste bien sûr qui avait décidé de sa carrière, celle de musicologue averti au service d’un compositeur qu’il vénérait entre tous, et enfin celle de philosophe, qu’il avait dû sacrifier non sans regret, lors de son orientation au Concours d’Agrégation. L’irruption fulgurante de la philosophie de Schopenhauer dans l’univers wagnérien pendant l’exil zurichois, la fascination éprouvée par le dramaturge à l’endroit de cette philosophie, venaient, d’une certaine manière, sous la plume d’Édouard Sans, établir une synthèse entre les différents pôles d’intérêt qui l’avaient lui-même captivé, dès l’orée de ses études supérieures : germanisme, musique et philosophie.

Adhérent de notre cercle depuis sa fondation, il participait de manière assidue, parfois accompagné de son épouse Colette, aux différentes rencontres dont celui-ci était le cadre. Il enrichissait de son remarquable savoir les échanges culturels et musicaux qui s’y déroulaient. Il en était un des conférenciers attitrés et ô combien écouté. C’est ainsi qu’il traita lui-même les sujets les plus divers :

  •             Tristan et Isolde, aspects littéraires et philosophiques,
  •             Le drame wagnérien, hellénisme ou germanisme,
  •             Richard Wagner et le monde animal,
  •             La Walkyrie,
  •             Wagner et la Nature,
  •             Wagner et la pensée schopenhauerienne,
  •             Wagner et le mythe,
  •             Wagner et la religion,
  •             Wagner et le romantisme,
  •             Réflexion sur la mise en scène du drame wagnérien.

En dehors de ses propres prestations, ses interventions, toujours pertinentes et précieuses, ne manquaient pas de nourrir les dialogues qui s’instauraient à la fin des différents exposés.

Toujours disponible, il n’hésitait pas à répondre aux sollicitations des autres cercles pour partager sa grande connaissance de l’œuvre de Richard Wagner.

Il collabora également à la réalisation des Cahiers Wagnériens que notre Cercle édita de 1995 à 2000, en faisant partie du comité de lecture.

Affaibli par la maladie, il s’était progressivement éloigné de nous, n’hésitant pas toutefois à réapparaître occasionnellement, malgré sa faiblesse physique, chaque fois qu’un sujet qu’il jugeait de quelque importance le sollicitait. Avec lui, les membres du Cercle Richard Wagner de Toulouse, viennent de perdre non seulement une intelligence précieuse au service de la cause wagnérienne et plus largement au service de la culture et de la musique, mais aussi un adhérent particulièrement apprécié pour sa courtoisie et sa profonde modestie. Faut-il ajouter qu’ils perdent plus encore, un ami. Ils trouveront une consolation, dans la survivance de ses nombreux écrits.

Jean Pambrun,  Anne-Elizabeth Agrech,  septembre  2017

Le voyage à Bayreuth d’Alexandre, notre boursier.

Voici le récit du voyage que j’ai eu le privilège d’accomplir à Bayreuth au cours de l’été. Je profite de celui-ci pour remercier, une nouvelle fois, toutes les têtes pensantes du Cercle Richard Wagner de Toulouse Midi-Pyrénées qui m’ont fait l’honneur et le plaisir de me choisir en tant que boursier – un petit salut spécial à M. Christian Lalaurie, qui a permis à mon père et à l’un de ses amis de découvrir cette année les joies du Festpielhaus avec moi, grâce vous soit rendue à tous. Continuer la lecture de Le voyage à Bayreuth d’Alexandre, notre boursier.